[FOCUS SUR…] L’IMMORTEL DJOKOVIC

© facebook.com/ClaireElisePortraitsetDessins/

© facebook.com/ClaireElisePortraitsetDessins/

Ce n’est pas vraiment le genre de joueur qu’on a besoin de présenter. A 31 ans, Novak Djokovic a prouvé à maintes reprises qu’il a bel et bien sa place parmi les plus grands joueurs de tous les temps. Focus sur le « Djoker » serbe.

xxxxxx

SON PARCOURS

22 mai 1987. Novak Djokovic voit le jour à Belgrade, en Serbie. 5 ans plus tard, trois courts de tennis sont construits en face du restaurant de ses parents, à Kopaonik. C’est à ce moment-là qu’il commence le tennis, imité plus tard par ses deux jeunes frères. Sa route croise alors celle de Jelena Gencic, ancienne joueuse de tennis, qui le prend sous son aile pendant six ans. A sa mort, en 2013, Djokovic a tenu à lui rendre hommage : « C’était comme une deuxième mère pour moi, a-t-il déclaré. Elle m’a appris beaucoup de choses. » (© Purepeople) Puis à 12 ans, « Nole » quitte la Serbie pour l’Allemagne et plus précisément pour l’Académie de Nikola Pilić, ancien numéro 6 mondial. En 2003, il commence à jouer ses premiers matches professionnels et la saison suivante, il s’illustre déjà lors de l’Open d’Australie junior, en atteignant la demi-finale des tableaux de simple et de double (aux côtés de Scoville Jenkins). Mais c’est en 2006 que Djokovic se fait vraiment remarquer du grand public. Pour sa 2e participation aux Internationaux de France, alors âgé de 19 ans, il élimine trois têtes de série pour atteindre les quarts de finale où il affronte pour la première fois Rafael Nadal, déjà numéro 2 mondial. Djokovic est malheureusement contraint d’abandonner, blessé au dos.

La suite de l’histoire, on la connaît. Djokovic impose sa marque sur le circuit ATP, alternant les victoires et la 1e place mondiale avec Federer et Nadal, jusqu’à cette impressionnante baisse de motivation qui commence en 2016, juste après sa première victoire à Roland-Garros. Evidemment, les résultats chutent avec le moral et les choses ne s’améliorent pas en 2017. Djokovic décide d’écourter sa saison pour soigner une blessure au coude, puis début 2018, il subit finalement une opération. La reprise est difficile mais petit à petit, il retrouve le niveau de jeu qu’on lui connaît, jusqu’à sa victoire à Wimbledon le 15 juillet 2018, plus de deux ans après sa dernière victoire en Grand Chelem. Et le Serbe ne s’arrête pas là puisqu’il remporte ensuite le Masters 1000 de Cincinnati (le seul qu’il lui manquait), devenant ainsi le seul joueur de l’histoire à avoir remporté tous les titres de Masters 1000. Quelques semaines plus tard, il remporte l’US Open pour la troisième fois de sa carrière et réintègre le top 3 du classement. Aujourd’hui, Novak Djokovic compte 71 titres ATP dont 14 Grand Chelem (soit autant que Pete Sampras) et 31 Masters 1000. Un palmarès qui n’a pas fini d’augmenter.

xxxxxxxx

SON PREMIER TITRE

xxxxxxxx

© ubitennis.com

© ubitennis.com

Mais avant de remporter 71 tournois, il faut déjà en remporter un. Pour Novak Djokovic, c’est à aux Pays-Bas, en juillet 2006, que tout commence. Le tournoi d’Amersfoot, aujourd’hui disparu, se joue sur terre battue. Tête de série numéro 3 derrière Guillermo Coria et Paul-Henri Mathieu, Djokovic remporte ses quatre premiers matches et retrouve en finale Nicolás Massú, 4e tête de série. Après un premier set serré et remporté au tie-break, Djokovic déroule dans la 2e manche, s’adjugeant ainsi le premier trophée d’une longue liste. Deux ans plus tard, le Serbe rachète les droits du tournoi pour le transférer dans sa ville natale, à Belgrade. Ce tournoi, qui se jouait aussi sur terre, a ensuite à son tour disparu au profit d’un autre, mais avant ça, Djokovic a eu le temps de le remporter à deux reprises.

xxxxxxx

SA PLUS GROSSE PERF’ INDIVIDUELLE…

Le 29 janvier 2012 est une date historique pour le monde du tennis. Ce jour-là, Novak Djokovic, numéro 1 mondial, et Rafael Nadal, numéro 2, s’affrontent en finale de l’Open d’Australie pour ce qui deviendra la plus longue finale de Grand Chelem de l’histoire. Le niveau de jeu est tellement élevé des deux côtés qu’il est impossible de prédire l’issue du match. Alors qu’il mène deux sets à un, Djokovic s’incline dans le tie-break de la quatrième manche et ne peut empêcher Nadal de prendre les commandes du cinquième set. Mené 4-2, service à suivre pour Nadal, le Serbe puise alors dans ses ressources mentales et physiques pour revenir au score, avant de finalement s’imposer en cinq sets et 5h53, 5-7 6-4 6-2 6-7(5) 7-5. Djokovic lui-même considère encore aujourd’hui ce match comme le meilleur de sa carrière : « Ce cinquième set m’a profondément marqué en termes de mémoire et d’expérience » déclare-t-il en juillet 2018 (© Tennis World). Une expérience qu’il a mis à profit de nombreuses fois lors de matches à rallonge.

xxxxxxxx

… ET COLLECTIVE

xxxxxxxx

© rts.ch

© rts.ch

En décembre 2010, l’équipe serbe de Coupe Davis soulève pour la première fois de son histoire le Saladier d’Argent en s’imposant 3-2 face à la France. Un succès auquel Novak Djokovic contribue largement. Appelé par son ancien entraîneur, Nikola Pilić, dès le 1e tour, Djokovic répond présent tout au long de l’année en remportant sept matches sur les huit qu’il a joué, sachant que son seul match perdu était un match de double. Lors de la finale, qui se joue sur dur à la Belgrade Arena, « Nole » est d’abord aligné face à Gilles Simon, qu’il bat assez facilement en trois sets. Alors que la Serbie est menée 2-1 le samedi soir, Djokovic offre un peu de répit à son équipe en remportant son match le lendemain, face à Gaël Monfils, toujours en trois sets. Son compatriote Viktor Troicki remporte ensuite le point de la victoire face à Michaël Llodra, permettant à la Serbie d’entrer dans le club des vainqueurs de Coupe Davis.

xxxxxxxx

SON MEILLEUR CLASSEMENT

Il fait aujourd’hui partie des emblématiques numéros 1 du circuit ATP. C’est le 4 juillet 2011, au lendemain de sa première victoire à Wimbledon face à Rafael Nadal, numéro 1 mondial et tenant du titre, que Novak Djokovic accède pour la première fois à la première place mondiale. Il devient ainsi le 26e numéro 1 de l’ère Open. En début de saison, il avait déjà remporté l’Open d’Australie, avant d’enchaîner avec six autres trophées (pour six tournois joués). Deux mois après sa place de numéro 1 mondial, Djokovic remporte l’US Open, de nouveau face à Nadal qui est cette fois encore tenant du titre, et réalise ainsi son premier Petit Chelem. Au total, il gagne cette saison-là dix des quinze tournois auxquels il participe. Il atteint le ratio impressionnant de 70 victoires pour 6 défaites, soit 92.1% de victoires. A la fin de la saison, il est élu meilleur sportif de l’année à l’occasion des Laureus Sports Awards. Les années suivantes, il atteint le sommet du classement à deux autres reprises, totalisant 233 semaines à la place de numéro 1 mondial. Depuis 2006, il a toujours fini la saison dans le top 20. S’il est aujourd’hui numéro 3 après deux années difficiles, il est tout à fait conscient d’être de retour dans la course pour finir la saison à la première place mondiale et ne cache pas son ambition d’atteindre cette place pour la 4e fois de sa carrière.

xxxxxxx

SON COACH

Si Djokovic a eu plusieurs anciens joueurs de renommée internationale dans son clan, comme Boris Becker, André Agassi ou Radek Stepanek, c’est bien le discret Marián Vajda qui a eu le plus d’impact sur sa carrière. Ancien joueur slovaque qui a atteint la 34e place mondiale, Vajda commence sa collaboration avec « Nole » en 2006, alors qu’il débute sur le circuit professionnel. Ensemble, les deux hommes remportent 12 tournois du Grand Chelem et 30 Masters 1000, un palmarès hallucinant. En 2017, alors qu’il est dans le flou au niveau des résultats, Djokovic décide de se séparer d’une grande partie de son staff, y compris Marián Vajda. Le Serbe essaie ainsi de trouver un second souffle dans sa carrière, sans vraiment y parvenir. Un an plus tard, les deux hommes reprennent leur collaboration au moment de la saison sur terre et quelques mois plus tard, Djokovic remporte deux Grand Chelem et devient le premier joueur à réaliser le Career Golden Masters. Une coïncidence un peu trop énorme pour en être une. Pourtant, personne ne connaît vraiment les secrets de ce succès, et ce n’est pas Vajda qui va vendre la mèche : « Je ne sais pas si je suis important, mais ça marche » déclare-t-il cet été après avoir constaté l’effet positif de son retour dans le clan Djokovic (© L’Equipe). L’humilité légendaire du coach n’y est sans doute pas non plus pour rien…

xxxxxxxxxx

SON PROCHAIN TOURNOI

La prochaine fois qu’on verra Novak Djokovic sur les courts, ce devrait être du côté de Shanghai. Absent en 2017, le triple vainqueur (2012, 2013, 2015) aura à cœur de balayer définitivement les doutes à son sujet. D’autant qu’avec le forfait de Nadal, Djokovic aura le champ plus ou moins libre (n’oublions pas Federer) pour récolter le plus de points possibles et ainsi se rapprocher un peu plus de la place de numéro 1 mondiale. D’autant que Nadal, finaliste la saison passée, est forfait à cause d’une blessure au genou droit et perdra donc d’office ses 600 points de la finale. Djokovic, quant à lui, n’a aucun point à défendre puisqu’il était absent l’année dernière après avoir écourté sa saison. Une occasion en or à saisir pour le Serbe qui joue très bien sur dur en ce moment, comme il l’a montré en remportant l’US Open, même si la surface à Shanghai est plus rapide que celle de New York. En attendant, le numéro 3 mondial s’entraîne à Belgrade aux côtés de son entraîneur de la première heure, Nikola Pilic.

View this post on Instagram

Niki Pilic, my tennis father. My mentor. His wife Mija and him accepted Jelena Genčić’s request for me to come to his academy in Germany when I was 12 years old even though he usually did not accept players under 14. He had one of the best European tennis academies at the time. Mija and Niki treated me as their own child and did the same for my 2 younger brothers. My family will always remember that. _ Niki is 80 this year and he still plays tennis 4h a day. His mindset is remarkable. He is healthy and super passionate about tennis – court is his home. He was a very successful player and even more successful coach. He is the only tennis coach to win 5 different Davis Cup titles with 3 different nations (Germany, Croatia, Serbia). _ Niki is one of the most important tennis and life mentors I’ve ever had. My time spent in his academy has greatly impacted my game and career. I am eternally grateful Mija and Niki for everything you have done for me and my family 🙏🙌❤

A post shared by Novak Djokovic (@djokernole) on

xxxxxxxxx

ET À CÔTÉ ?

xxxxxxxxxxx

eurosport.com

eurosport.com

En 2005, Novak Djokovic rencontre Jelena Ristic alors qu’ils sont tous les deux élèves au lycée de Belgrade. Neuf ans plus tard, le couple se marie au Monténégro et accueille leur premier enfant, Stefan. En septembre, une petite fille du nom de Tara vient agrandir la petite famille de Novak Djokovic. Une famille désormais indispensable à l’équilibre du Serbe. En 2016, Novak et Jelena ouvrent un restaurant végétarien à Monaco, où ils résident. Le numéro 3 mondial est également un passionné de nature et de grands espaces. Après sa défaite amère à Roland-Garros cette année, il est d’ailleurs parti faire plusieurs jours de randonnée dans les montagnes françaises avec sa femme, avant de revenir sur le circuit et de remporter deux Grand Chelem. Oui, pour « Nole », les meilleures choses sont les plus simples…

xxxxxxxx

Alizée Villeroy

Alizée Villeroy

Étudiante en sciences qui s’est trompée de chemin, amoureuse du sport et du revers de Stan Wawrinka, qui l’a d’ailleurs rendu accro au tennis. Ne peut s’empêcher de commenter un match à voix haute même s’il se déroule à l’autre bout du monde.

Les derniers articles par Alizée Villeroy (tout voir)