[INTERVIEW] THIBAULT LE ROL, LA VOIX DU TENNIS

Depuis 2014, Thibaut Le Rol commente le tennis sur Bein Sports et anime des émissions sur la chaîne. Il est devenu l’un des commentateurs les plus aimés dans le milieu du tennis. Ce jeune journaliste passionné par le sport nous explique son parcours, son métier et ses souvenirs. Rencontre avec un commentateur « stratosphérique ».

LPBJ : Comment êtes-vous devenu journaliste ?

Thibaut Le Rol : J’ai fait un parcours classique, une école de journalisme, l’ESJ Paris en l’occurrence et tout s’est décanté. En dernière année, j’ai fait un stage au service des spots d’I-Télé où le chef des sports, Olivier Le Foll m’a beaucoup aimé visiblement. Ils m’ont gardé, m’ont mis à l’antenne et au bout d’un an, Bein Sports. Florent Houzot m’a appelé quand la chaîne s’est créée.

Comment êtes-vous arrivé à Bein Sport et depuis combien de temps travaillez-vous là-bas ?

En 2012, Charles Biétry et Florent Houzot m’ont contacté, ils étaient à l’initiative de la création de la chaîne. Après quelques hésitations, j’ai fini par dire oui, j’étais quand même sur Canal +. Je me baladais entre Info Sport et I-Télé du groupe canal qui représentait beaucoup pour moi. Le 1er juin 2012 a lieu la création de la chaîne.

Pourquoi vous êtes-vous spécialisé dans le tennis ?

Parce que c’est l’un de mes deux sports de prédilection. En signant à Bein Sports, j’ai d’abord accepté pour la matinale et j’avais dit être intéressé de m’occuper du tennis si la chaîne obtenait les droits. C’est une opportunité que je ne pouvais pas laisser passer. Charles Biétry et Florent Houzot ont tenu leur promesse et m’ont fait basculer sur le tennis.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire ce métier de journaliste ?

Le sport qui est une immense passion. Je me suis rendu compte de mes limites sportives, je me suis alors dit qu’il fallait être acteur différemment. De plus, j’adore écrire donc je me suis dirigé vers le journalisme. A l’origine, j’ai commencé par la presse écrite au « Parisien », puis dans le monde de la télé avec un stage à I-Télé.

Votre pire souvenir sportif ?

La relégation du FC Nantes en division 2.

Votre meilleur souvenir sportif ?

Je ne sais pas lequel mais ça tourne forcement autour de Federer. J’ai eu la chance de commenter l’une de ses finales à Wimbledon en 2014, il a perdu mais bon souvenir.

En tant que commentateur, quel match vous a le plus marqué ?

La demi-finale de Wimbledon 2015, Federer/Murray. 7/5 7/5 6/4 en 2h09 de jeu et un passing de revers incroyable à la fin, je m’en souviens très bien. Pour moi, c’est l’un des 5 plus beaux matchs de la carrière de Federer tennistiquement. Murray avait aussi fait un sacré match.

Une chanson préférée ? Il ne rentre pas ce soir d’Eddy Mitchell

Un film ? Lost in Translation

Un pays ? La France

Une chose que vous détestez ? Les sautes d’humeur et le manque d’objectivité

Une chose que vous aimez ? L’altruisme, l’intelligence sociale

Devise ? Regarder vers l’avant, ne pas regarder vers l’arrière (comme au tennis) !

 

Interview réalisée le 31 août 2017

Valentin Delepaul

© Twitter/ Bein Sports

 

Valentin Delepaul

Valentin Delepaul

Diplômé en communication / Etudiant en Master 1 Journalisme à Lille / Passionné de Médias et de Tennis / "Le tennis est ma religion, Federer est mon Dieu" !
Valentin Delepaul

Les derniers articles par Valentin Delepaul (tout voir)