[EDITO] VERS DES NOUVELLES RÈGLES DANS LE TENNIS ?

Du 7 au 11 novembre avait lieu pour la première fois à Milan, la “NextGenFinals” le Master des moins de 21 ans. L’occasion pour l’ATP de tester des nouvelles règles qui pourraient débarquer sur le circuit pour rendre ce sport plus attrayant pour le petit écran.

Ça va bouger dans le tennis ! Depuis plusieurs années, on parle de réformer le tennis afin de le rendre plus dynamique. Lors du Master des moins de 21 ans à Milan, des nouvelles règles ont été mises en place dans ce tournoi laboratoire. L’apparition de ce nouveau règlement peut s’expliquer par le fait que les organisateurs de tournoi « anticipent sur le fait de rendre le tennis plus télégénique en l’adaptant avec des règles différentes dans ce master de jeunes » affirme Laurent Chiambretto, entraîneur, consultant et auteur de livres sur le tennis.

Parmi ces nouvelles règles, des sets en 4 jeux ! Terminé les sets en 6 jeux, désormais c’est 5 sets (3 sets gagnants) en 4 jeux maximum, avec tie-break à 3 partout. Le consultant pour divers médias critique : «les joueurs n’ont pas le temps de se mettre dans la manche. Les matchs qu’on espérait moins longs deviennent trop rapides. Il y a moins d’intensité. » Fini également l’avantage au service. Le « No-Ad » qui existe depuis 2006 dans les tournois de double, permet de jouer directement un point décisif à 40-40. Cela donne un avantage conséquent au serveur, c’est ce que redoute l’auteur de « Le dico bien frappé du tennis » : « quand le serveur se retrouve à 30-40, il n’a plus que deux points à marquer au lieu de trois. A 40-40, ça lui donne le loisir de terminer le point comme le retourneur, mais le serveur est largement avantagé. »

tennis4jeux

Pas de couloirs, pas de juge de ligne et des sets en 4 jeux. Le Master des moins de 21 ans a été l’occasion de tester des nouvelles règles. ©L’Equipe

Autre nouvelle règle, un compte à rebours numérique installé au bord du court pour respecter la règle des 25 secondes entre la fin d’un point et le début du point suivant. Une règle qui devrait être appliquée dans les mois ou années à venir. Cela rend le jeu « plus rapide. Ça permet de donner un peu plus de dynamisme à la rencontre. On voit que les règles actuelles ne sont jamais respectées et quand ce sont les tops players qui jouent et qui dépassent le temps, l’arbitre n’ose pas mettre des warnings » déclare l’entraîneur parisien.

« Ces nouvelles règles apportent un peu plus de fun et de modernité. Elles dépoussièrent le tennis. Le Master de Milan a été un tournoi laboratoire. Certaines règles qui ont eu de bons échos pourront être mises en pratique dans les mois ou années à venir… »

Laurent Chiambretto, entraîneur, consultant et auteur de livres sur le tennis.

Une règle dont tout le monde parle depuis des années c’est le « No-let » : quand la balle touche la bande du filet lors du service et qu’elle tombe dans le carré, le point continue plutôt que de recommencer le service. Une règle dont Laurent Chiambretto est totalement pour : « Le « No-let » c’est une règle que je prône. On le voit souvent, au service si il y a let ou pas, ça ne change pas grand-chose. Et parfois, si le filet stoppe les balles, ça donnera un peu plus de piment au jeu. »

 Je ne vois pas ce qu’il y a de si mal avec notre circuit aujourd’hui (…) Je sais que cela peut être un peu incompréhensible, mais les sets plus longs permettent de prendre de l’avance, et c’est souvent plus confortable pour nous. »

Roger Federer

 

Dernière règle, le coaching sur les courts ! Désormais, les entraîneurs peuvent à chaque fin de set discuter avec leur joueur. Règle qui existe depuis 2008 sur le circuit féminin. Pour l’auteur de « Top 5 Tennis », cette règle est intéressante car elle permet de « converser avec l’entraineur ce qui donne un côté interactif. »

Ces nouvelles règles peuvent apporter de la nouveauté et du dynamisme mais certaines peuvent « dénaturer » le tennis. Comme dans d’autres sports, le monde de la petite balle jaune va subir des changements au fil du temps.

Découvrez le résumé de la finale Chung / Rublev à Milan avec ces nouvelles règles :

 

Valentin Delepaul

 

 

Valentin Delepaul

Valentin Delepaul

Diplômé en communication / Etudiant en Master 1 Journalisme à Lille / Passionné de Médias et de Tennis / "Le tennis est ma religion, Federer est mon Dieu" !
Valentin Delepaul