[TOPS & FLOPS] DUBAÏ ET ACAPULCO

Plus qu’une semaine avant le premier Masters 1000 de la saison ! En attendant, on avait fort à faire, que ce soit du côté de Dubaï ou à Acapulco…

TOPS

xxxxxx

Premier 500 pour Bautista

xxxxxx

© thenational.ae

© thenational.ae

Très peu présent sur ce début de saison, Roberto Bautista-Agut a pourtant bien fait de faire le déplacement jusqu’à Dubaï cette semaine. Profitant de la défaite précoce de Dimitrov, qu’il aurait pu trouver sur sa route en demi-finale, l’Espagnol a remporté son tout premier titre ATP 500, après 12 ans de carrière. En finale, il s’est imposé face au numéro 1 Français, Lucas Pouille, déjà finaliste à Marseille la semaine passée. Bautista a largement dominé le match, avec notamment un pourcentage impressionnant de premières balles (74%, contre seulement 49% pour Lucas Pouille). De quoi mettre l’Espagnol en confiance, à l’aube du lancement du premier Masters 1000 de l’année.

xxxxxx

Carton plein pour Del Potro à Acapulco

xxxxxx

© scroll.in

© scroll.in

Depuis le début de sa carrière, la vie n’a pas été facile pour Juan Martin Del Potro. Entre blessures et opérations, l’Argentin n’a pourtant jamais baissé les bras. A l’image de cette semaine. Tombeur au premier tour de Mischa Zverev, Del Potro s’est ensuite défait de David Ferrer, à qui il a cédé un set. Tout le reste du tournoi a été un sans-faute. En quart de finale, la Tour de Tandil a éliminé le 6e mondial, Dominic Thiem, puis l’autre frère Zverev, Alexander. Enfin, il s’est imposé facilement en deux sets face à Kevin Anderson, remportant ainsi 21e titre de simple, mais surtout son premier ATP 500 depuis 2013. Un bon début de saison pour celui qui était déjà finaliste à Auckland en janvier.

xxxxxxx

FLOPS

xxxxxxxx

Encore des forfaits…

xxxxxxx

Décidément, c’est devenu impossible de réunir tous les meilleurs joueurs dans un même tournoi. Rafael Nadal n’a été que le premier d’une longue liste. Déjà forfait pour Acapulco en raison d’une blessure à la jambe droite, l’Espagnol a annoncé vendredi qu’il ne serait pas de la partie à Indian Wells et à Miami. De son côté, Stan Wawrinka, qui a dû abandonner à Marseille la semaine dernière, ne sera présent ni à Indian Wells ni à Miami, toujours en difficulté après sa double-opération du genou. Les Français Jo-Wilfried Tsonga et Richard Gasquet seront eux aussi absent à Indian Wells, tous les deux en raison d’une blessure au genou. David Goffin, qui devait être rétabli cette semaine après sa blessure à l’œil, ne sera finalement pas de la partie mais devrait reprendre à l’occasion du Masters 1000 de Miami. Enfin, on compte toujours l’absence Andy Murray, en rééducation après son opération à la hanche. Une véritable hécatombe qui se poursuit sur le circuit ATP.

xxxxxxxxx

La Coupe Davis fait des histoires

xxxxxxxx

© lefigaro.fr

© lefigaro.fr

Ça fait maintenant plusieurs années que la Coupe Davis crée de nombreuses discussions. Une nouvelle fois, le projet de réforme a évolué. L’ITF souhaiterait voir la compétition se dérouler sur une semaine, en novembre, à la date à laquelle a lieu aujourd’hui la finale. Le tournoi se déroulerait sur un seul site tout au long de la semaine et verrait s’affronter 18 nations. Chaque « rencontre » opposant deux pays comporterait deux simples et un double, avec des matches au meilleur des trois sets. Le but étant toujours d’attirer à nouveau les meilleurs joueurs mondiaux. Seulement, comme à chaque fois, cette idée de réforme divise le monde du tennis. Les acteurs du tennis français ont eux pris position contre cette réforme, pointant principalement du doigt l’idée des rencontres sur terrain neutre, qui reviendrait, d’après Yannick Noah, à « vendre l’âme » de la Coupe Davis. Le vote aura lieu au mois d’août, mais même si la réforme est approuvée, il nous reste au moins un an pour profiter de l’atmosphère incroyable d’une Coupe Davis à domicile.

xxxxx

Alizée Villeroy

Alizée Villeroy

Étudiante en sciences qui s’est trompée de chemin, amoureuse du sport et du revers de Stan Wawrinka, qui l’a d’ailleurs rendu accro au tennis. Ne peut s’empêcher de commenter un match à voix haute même s’il se déroule à l’autre bout du monde.