[TOPS & FLOPS] SAISON 2017

Ça y est, la saison 2017 est bel et bien terminée. Mais avant de ranger les raquettes au placard jusqu’à l’année prochaine, on vous offre un petit résumé de la (très) belle année écoulée.

TOPS

xxxxxxxxxx

Les Bleus au sommet

xxxxxxx

©europe1.fr

©europe1.fr

16 ans… 16 ans que l’équipe de France de tennis n’avait plus gagné une Coupe Davis. Depuis la victoire, en 2001, de l’équipe de Guy Forget, composée de Nicolas Escudé, Fabrice Santoro, Sébastien Grosjean et Cédric Pioline. Cette fois-là aussi, tout s’était joué sur le cinquième match, finalement remporté par Nicolas Escudé en quatre sets. Et tous les cinq, ils étaient là ce weekend pour supporter, encourager et accompagner les Bleus vers un dixième titre en Coupe Davis mais, rappelons-le, le premier de cette génération. Même si à vrai dire, on n’est plus vraiment sûrs de pouvoir parler d’une seule génération, tant le groupe est diversifié aujourd’hui. On retrouve évidemment Jo-Wilfried Tsonga, Richard Gasquet, Jérémy Chardy et Gilles Simon, toujours là malgré les années. Mais aussi Nicolas Mahut et Julien Benneteau, les deux « papis » de l’équipe, jamais les derniers à donner un coup de main au groupe. Et enfin la relève, l’avenir du tennis français, Lucas Pouille et Pierre-Hugues Herbert. Il faut évidemment souligner le travail incroyable du capitaine Yannick Noah, qui a réussi l’exploit de souder un tel groupe et de le porter jusqu’à la victoire. Car même s’il n’y avait que quatre joueurs alignés ce weekend, l’équipe est bien plus que ça. On rappelle tout de même le déroulement de cette incroyable à domicile : vendredi, David Goffin a ouvert les hostilités face à Lucas Pouille qui n’a rien pu faire face au Belge en pleine confiance. Puis Jo-Wilfried Tsonga a ramené la France à hauteur en se défaisant facilement de Steve Darcis. Samedi, ce sont Pierre-Hugues Herbert et Richard Gasquet qui ont été alignés face à Ruben Bemelmans et Joris De Loore. Pari réussi de la part de Noah puisqu’à la fin de la journée, c’est la France qui mène au score (2-1) malgré des hauts et des bas lors du match. Enfin, dimanche, Tsonga s’incline à son tour face à un Goffin quasi-parfait, puis Pouille, éblouissant de sang-froid, transperce l’ « homme des cinquième matches », Steve Darcis, rapportant le dernier point à la France. Une performance incroyable et une finale qui restera, sans l’ombre d’un doute, dans les annales du sport.

xxxxxx

Les comebacks de luxe : Federer et Nadal

La saison dernière, quand Roger Federer et Rafael Nadal ont mis un terme prématuré à leur saison, on a vraiment eu peur pour l’avenir. Bien sûr, on savait qu’ils reviendraient en 2017, mais on se demandait quand même s’ils parviendraient à retrouver leur niveau d’avant, s’ils seraient encore capables de soulever des trophées. Le résultat est au-delà de nos espérances. Dès le mois de janvier, les deux cadors ont donné le ton en disputant la finale de l’Open d’Australie, finalement remportée par Federer. Puis Federer s’est également offert le premier Masters 1000 de l’année (Indian Wells) aux dépens de Stan Wawrinka, avant d’enchaîner avec Miami où une nouvelle fois, il a battu Nadal en finale. Tandis que Federer faisait l’impasse sur la saison sur terre battue, c’est Nadal qui a pris le relais, remportant successivement Monte-Carlo (def. Ramos-Vinolas), Madrid (def. Thiem) puis son 10e Roland-Garros face à Stan Wawrinka. Puis Federer a retrouvé son jardin à Wimbledon, et ça lui a plutôt bien réussi puisqu’il s’est imposé en finale pour la huitième fois, face à un Marin Cilic dépassé par les évènements. A New York, Nadal a remporté le dernier Grand Chelem de l’année, après l’élimination en quart de finale de Federer. Le Suisse s’est ensuite imposé à Shanghai avant d’atteindre les demi-finales de l’ATP Finals en fin de saison.

A eux deux, les deux joueurs totalisent 4 Grand Chelem (sur 4) et 5 des 9 Masters 1000 de cette saison, et finissent respectivement l’année à la 1e et 2e place mondiale. Alors oui, le comeback de l’année, c’est bien eux.

xxxxxxxxx

L’avenir du tennis

xxxxxxx

©japantimes.co

©japantimes.co

Nadal et Federer n’ont pas été les seuls à nous réserver des surprises. Les joueurs les plus jeunes se sont eux aussi montrés bien présents tout au long de la saison, à commencer par Alexander Zverev. A 21 ans, l’Allemand s’est imposé à cinq reprises sur le circuit de simple cette année, dont 2 fois en Masters 1000, à Rome et à Montréal. Il a fait sa première apparition dans le top 3 au début du mois de novembre et s’est qualifié pour la première fois pour les Masters de fin d’année. S’il n’a remporté qu’un seul titre cette année, Thiem reste l’unique joueur à avoir battu Nadal sur terre battue cette saison. Pour la deuxième année consécutive, l’Autrichien a joué une demi-finale à Roland-Garros et s’est qualifié pour l’ATP Finals. En plus de ça, il a atteint pour la première fois la 4e place mondiale après le Masters 1000 de Bercy. David Goffin, quant à lui, a remporté deux titres ATP et a joué pour la deuxième fois l’ATP Finals (en 2016, il avait joué un match de poule suite au forfait de Gaël Monfils). Il bat alors Nadal lors des matches de poules, puis Federer en demi-finale, pour la première fois en 7 confrontations. Enfin, Grigor Dimitrov est sans doute celui qui a le plus surpris. Alors qu’on l’attendait déjà depuis plusieurs années, le Bulgare a tardé à sortir le grand jeu, mais il commence enfin à jouer à la hauteur de son talent. A l’Open d’Australie, il a atteint les demi-finales où il s’incline face à Nadal. Il a remporté ensuite le tournoi de Sofia avant de poursuivre avec une saison mitigée. Pourtant, à Cincinnati, il a remporté son premier Masters 1000 avant de conclure l’année par le plus beau titre de sa carrière : celui de l’ATP Finals. Alors on peut le dire : le tennis a de l’avenir.

xxxxxxxxx

FLOPS

xxxxxxxxxx

Nadal, rendez-vous manqués

xxxxxxxx

© leparisien.fr

© leparisien.fr

Les titres qu’il manque au palmarès de Rafael Nadal sont très rares sur le circuit. Le Masters 1000 de Paris-Bercy et l’ATP Finals en font partie. Cette année, avec la fin de saison précoce de Djokovic, Wawrinka, Murray, Raonic et Nishikori, l’Espagnol avait pour ainsi dire une voie royale pour aller chercher ces deux titres manquants. D’autant plus qu’à Bercy, même Federer était absent, préférant se concentrer sur le Masters. Mais cette fois encore, l’occasion lui est passé sous le nez. A Bercy, alors qu’il vient de se qualifier pour les quarts de finale, Nadal est contraint de déclarer forfait, blessé au genou. Pendant longtemps, le numéro 1 mondial est incertain quant à sa participation au Masters, mais il est finalement bien présent. Pour son premier match de poule, l’Espagnol s’incline à la surprise générale face à David Goffin, en 3 sets et 2h37 de jeu. On sent alors qu’il est bien loin d’être remis de sa blessure au genou et la suite le confirme, puisqu’il préfère déclarer forfait pour la suite du tournoi, mettant ainsi fin à sa saison. On attend maintenant de voir comment se déroulera le début de saison prochaine, et on se demande surtout si Nadal sera un jour capable d’ajouter ces deux titres à son énorme palmarès.

xxxxxxxxxx

Fin de saison désertée

On le sait, la fin de saison, c’est un moment très compliqué pour les joueurs. Entre les blessures dues à la fatigue, les qualifications potentielles pour le Masters et la bataille pour la place de numéro 1, les joueurs se retrouvent avec de très nombreux paramètres à gérer. Et tous les ans, le Masters 1000 de Bercy souffre de cette place dans le calendrier. Mais cette année, on a vraiment atteint des sommets. Déjà depuis l’US Open, les choses n’allaient pas très bien sur le circuit (absence de Wawrinka, Djokovic, Murray, Raonic…). La veille du début du tournoi de Bercy, l’annonce du forfait de Roger Federer a donné un grand coup sur la tête de Guy Forget, directeur du tournoi. Mais le coup de grâce, ça a sans aucun doute été la blessure de Nadal, contraint de se retirer lui aussi. Avec ce tableau décimé, on a assisté à une finale complètement inédite, opposant le qualifié Filip Krajinovic et l’Américain Jack Sock, qui a remporté le tournoi. Sans oublier l’extraordinaire parcours de Julien Benneteau qui, pour la deuxième fois de sa carrière (et son dernier Bercy), a atteint les demi-finales d’un Masters 1000 en écartant au passage Denis Shapovalov, Jo-Wilfried Tsonga, David Goffin et Marin Cilic.

Ces nombreuses absences ont également entraîné une situation incroyable au Masters de Londres, puisque parmi les joueurs présents dès le début du tournoi la saison passée, un seul était également là cette année : il s’agit de Dominic Thiem.

xxxxxx

NextGen Finals : une première mitigée

Depuis la cérémonie d’ouverture aux nouvelles règles testées lors du tournoi, on peut dire que la première édition des NextGen ATP Finals, réservés aux joueurs de moins de 21 ans, n’a pas fait l’unanimité. Le gros point noir du tournoi, c’est évidemment la cérémonie du tirage au sort, pendant lequel les joueurs devaient choisir un modèle féminin sur le corps duquel se trouvait écrit la lettre A ou B, indiquant le groupe du joueur. Jugé sexiste et honteux, le tirage au sort a immédiatement interpellé les différents acteurs du monde du tennis, qui n’ont pas manqué de faire savoir leur mécontentement. L’ATP a alors présenté ses excuses via l’ATP, assurant que l’objectif était en fait de mettre en avant la mode, l’un des points forts de Milan, dans laquelle les NextGen Finals étaient organisés. Le tournoi était censé être organisé jusqu’à 2022 au moins, on espère que la prochaine édition reflètera un peu plus le monde tennistique tel qu’il est aujourd’hui.

xxxxx

Alizée Villeroy

Alizée Villeroy

Étudiante en sciences qui s’est trompée de chemin, amoureuse du sport et du revers de Stan Wawrinka, qui l’a d’ailleurs rendu accro au tennis. Ne peut s’empêcher de commenter un match à voix haute même s’il se déroule à l’autre bout du monde.

Les derniers articles par Alizée Villeroy (tout voir)