[TENNIS INSIDE] UN JOUR A ROLAND, EPISODE 4

Dimanche 11 juin. Dernier jour de l’édition 2017 des Internationaux de France et, pour l’occasion, un programme de rêve. Finales des Trophées des Légendes hommes, avec du frenchy à la pelle, puis finale du simple messieurs, opposant deux gros cogneurs et adeptes de la terre battue : Rafael Nadal et Stan Wawrinka. J’ai vraiment hâte de voir ce que tout ça va donner !

xxxxxxxxxxxx

Les Légendes -45 ans ont ouvert le bal !

Les Légendes -45 ans ont ouvert le bal !

On attaque les hostilités sur le court Suzanne-Lenglen, avec la finale du Trophée des Légendes des moins de 45 ans. Michael Llodra et Sébastien Grosjean sont opposés à Paul Haarhuis et Andrei Medvedev. Autant vous dire qu’avec « Mika » sur le court, je m’attends à passer un bon moment, puisqu’il est du genre à ne pas en rater une. Je m’empresse donc de passer les contrôles pour me trouver une place sur le Lenglen (qui est considéré comme un court annexe en fin de deuxième semaine et est donc en accès libre). Si les gradins sont loin d’être pleins, je suis aussi loin d’être la seule à avoir voulu profiter pleinement de cette dernière journée à Roland. D’entrée, les « vieux » annoncent la couleur : ils ne sont pas là pour se prendre au sérieux ! Entre coups improbables, interventions des ramasseurs et vannes avec le public, Mika Llodra fait même rentrer un enfant sur le court, qui en plus d’avoir l’honneur de mettre les pieds sur le Lenglen, a pu disputer un point avec ces légendes du tennis. Un moment dont ce garçon se souviendra sans doute toute sa vie !

xxxxxxxxxxx

Quand Llodra trouve que 29°C, c'est un peu trop...

Quand Llodra trouve que 29°C, c’est un peu trop…

Au terme d’un match en trois sets, ce sont finalement les Français qui l’emportent ( Llodra a d’ailleurs souligné qu’il s’agissait de son premier titre à Roland-Garros !). Et lors de la cérémonie de remise des trophées, les quatre joueurs n’ont pas manqué de remercier l’accueil chaleureux des spectateurs ainsi que l’implication exemplaire de Mansour Bahrami, organisateur de ce Trophée des Légendes. Bahrami, qui est d’ailleurs le prochain à entrer sur le court ! Aligné aux côtés de Fabrice Santoro, le Français de 61 ans dispute la finale des +45 ans face à la paire formée par Pat Cash et Michael Chang. Ce match-là était un peu plus sérieux que le précédent, en tout cas pour Santoro, Cash et Chang. Barhami, de son côté, n’a manqué aucune occasion de faire le pitre, notamment en émettant un sifflement chaque fois que son adversaire allait servir, ce qui a beaucoup fait rire le public !

xxxxxxxxxx

Barhami (au filet) et Santoro (au service) ont remporté le Trophée des Légendes des +45ans.

Barhami (au filet) et Santoro (au service) ont remporté le Trophée des Légendes des +45ans.

Je reste très impressionnée par la mobilité de Fabrice Santoro, qui allait littéralement sur toutes les balles, et par son touché exceptionnel, qu’il n’a pas perdu malgré les années. On a aussi eu droit à quelques services surpuissants de Michael Chang, qui n’ont pas grand-chose à envier à ceux de Raonic ! Là encore, ce sont les Frenchy qui l’emportent et après les discours particulièrement touchants de Fabrice et Mansour, le Lenglen se vide peu à peu.

Il est déjà 14h30. Direction le court Philippe-Chatrier, où la finale du simple messieurs devrait commencer d’ici une grosse demi-heure. Les avis sont partagés sur cette finale. D’un côté, il y a ceux qui pensent que Nadal ne fera qu’une bouchée de Wawrinka et ira chercher sa décima sans difficulté. Et de l’autre, il y a ceux qui voient en « Stan The Man » un adversaire extrêmement sérieux, d’autant que le Suisse n’a encore jamais perdu une finale de Grand Chelem, parmi les trois qu’il a disputé (et chaque fois contre un numéro 1 mondial). On espère en tout cas que ce sera un match disputé et que les deux joueurs nous offriront du spectacle ! Mais pour l’heure, le Central est occupé par une cérémonie exceptionnelle en l’honneur des vingt ans de la première victoire de Gustavo « Guga » Kuerten, ici, à Roland. Après que Kuerten et de nombreux autres membres du Hall of Fame de tennis soient montés sur scène, des ramasseurs de balles entrent sur le court avec à la main des balles à autographes. Tandis qu’ils disposent les balles, reproduisant le cœur légendaire de « Guga » sur la terre battue, le speaker du tournoi, Mark Maury, annonce que le Brésilien soutient la candidature de Paris 2024 pour les Jeux Olympiques et rend hommage à ce soutien.

xxxxxxxxxxxx

Au milieu de son coeur, "Guga" Kuerten fait le signe de Paris 2024.

Au milieu de son coeur, « Guga » Kuerten fait le signe de Paris 2024.

Mais place au jeu ! Au fil de la cérémonie, le Chatrier s’est peu à peu rempli et le public est désormais prêt à accueillir comme il se doit les deux hommes du jour. C’est Nadal qui rentre en premier sur le terrain sous les applaudissements de la foule, suivi de près par Wawrinka. Une fois le toss et les photos habituelles terminées, ils s’échauffent rapidement tandis que Maury les présente tour à tour (mais est-ce vraiment nécessaire ?). Dès que les joueurs retournent s’asseoir, on sent que cette finale aura l’ambiance qu’elle mérite.

La puissance de frappe de Wawrinka n'a pas suffi pour déstabiliser Nadal.

La puissance de frappe de Wawrinka n’a pas suffi pour déstabiliser Nadal.

Mais s’il y a eu l’ambiance, le spectacle, lui, a un peu manqué. On peut le dire, ce match était à sens unique. Stan n’a pas réussi à enclencher le mode « finale », tandis que Rafa, de son côté, ne lui laissait aucun répit. Loin du niveau qu’on lui a vu vendredi face à Murray, Wawrinka n’a pu se procurer qu’une seule balle de break sur tout le match, vite écartée par l’Espagnol. En à peine plus de deux heures de jeu, Nadal remporte la décima sans avoir perdu un seul set dans le tournoi. Un exploit historique dont on n’a bien du mal à réaliser l’envergure. On est évidemment un peu déçu pour Wawrinka qui, après un tournoi exemplaire, ne méritait pas une telle défaite en finale. Mais Nadal était tout simplement trop fort, et on doute que quiconque aurait été en mesure de l’arrêter ce dimanche (même Federer a avoué en interview qu’il n’aurait rien pu faire !). Pour saluer l’accomplissement incroyable de l’Espagnol, Toni Nadal est venu apporter en personne une Coupe des Mousquetaires grandeur nature à son petit protégé, gravée à son nom. Pour rappel, les vainqueurs ne repartent chez eux qu’avec un modèle réduit du trophée, le vrai étant conservé sur les lieux du tournois.

xxxxxxxx

Rafael Nadal est entré un peu plus dans l'histoire du tennis.

Rafael Nadal est entré un peu plus dans l’histoire du tennis.

Ce Roland-Garros 2017 s’achève donc sur un dixième sacre historique de Rafael Nadal et dans dix ans, tous les spectateurs présents pour la finale pourront dire avec fierté : « J’y étais. » Y compris moi !

xxxxxxxxx

Alizée Villeroy

Alizée Villeroy

Étudiante en sciences qui s’est trompée de chemin, amoureuse du sport et du revers de Stan Wawrinka, qui l’a d’ailleurs rendu accro au tennis. Ne peut s’empêcher de commenter un match à voix haute même s’il se déroule à l’autre bout du monde.

Les derniers articles par Alizée Villeroy (tout voir)