[FOCUS SUR…] JO-WILFRIED TSONGA

431817692_49900[820]

 

Depuis un bon moment déjà, Jo-Wilfried Tsonga est l’un des plus importants représentants du tennis français et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il l’a mérité. Focus sur l’un des joueurs préférés des Français.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Tsonga, le jeune joueur prometteur

xxxxxxxxxxxx
Jo-Wilfried Tsonga commence le tennis dès son plus jeune âge, au Tennis Club des 3 Vallées, dans la Sarthe, avant d’être admis au pôle Espoir de Poitiers à l’âge de 13 ans. Sérieux et travailleur, Jo entre ensuite à l’INSEP pour deux ans et remporte, en 1999, la Copa del Sol, aux côtés, entre autres, de son ami Richard Gasquet. Au total, il remporte quatre titres en simple, dont l’US Open, ainsi que 3 titres en double, et atteint la 2e place mondiale. Puis Tsonga fait ses débuts sur le circuit professionnel. Dès la première année, il remporte deux tournois Challenger et un Future. A Pékin, il bat Carlos Moya, alors 8e mondiale, avant de jouer ses premiers matches en Masters 1000 à Bercy, où il est invité. Il monte rapidement jusqu’à la 163e place mondiale. C’est en 2007 que Jo fait sa première apparition dans le top 50. Entre janvier et juin, il remporte quatre tournois Challenger puis atteint le troisième tour au Queen’s (ATP 500) avant d’être éliminé par Marin Cilic. Il atteint ensuite le troisième tour de l’US Open ce qui lui permet de se propulser à la 43e place mondiale.

xxxxxxxxxxxx

Tsonga remporte son premier titre ATP à Bangkok, en 2008.

Tsonga remporte son premier titre ATP à Bangkok, en 2008.

xxxxxxxxxxxxxxxxx
L’année 2008 marque la confirmation du talent de Tsonga. Il commence fort avec une demi-finale à Adelaïde, puis se qualifie pour sa première finale en Grand Chelem à l’Open d’Australie, la seule à ce jour. Il s’incline malheureusement face à Novak Djokovic, alors 3e mondial, mais s’avoue satisfait de la façon dont il a géré son tournoi. Peu après, il remporte son premier titre ATP à Bangkok en battant successivement Gaël Monfils et Novak Djokovic. Il s’impose ensuite au Masters 1000 de Bercy et pointe à la 7e place mondiale, ce qui fait de lui le numéro 1 français. Il se qualifie ainsi pour l’ATP World Tour Finals (Masters Cup à l’époque) où ses deux défaites en matches de poule l’empêchant d’aller plus loin. En 2009, Tsonga remporte 3 titres ATP (2 ATP 250 et un 500), ce qui lui permet de conserver sa place dans le top 10 mais ne suffit pas pour se qualifier pour la Masters Cup. L’année suivante, il atteint la demi-finale de l’Open d’Australie, puis les huitièmes à Roland-Garros où il abandonne, blessé. Sa fin de saison précoce le fait redescendre à la 13e place mondiale. Il retrouve cependant le top 10 l’année suivante, après une finale à Wimbledon, où il écarte notamment Roger Federer, puis une demi-finale à Montréal, une victoire à Moselle et une finale à Bercy. Il se qualifie pour les Masters de Londres et atteint la finale où il s’incline face à Roger Federer. En 2012, il poursuit sur sa lancée avec un titre dès la première semaine à Doha. Après une demi-finale à Marseille, il entre dans le top 5 pour la première fois de sa carrière. A Wimbledon, il atteint à nouveau les demi-finales, puis remporte la médaille d’argent olympique en double, aux côtés de Michaël Llodra.

xxxxxxxxxxxxxxxxx

Tsonga et Llodra (à gauche) médaillés d'argent aux JO de Londres, en 2012. © lexpress.fr

Tsonga et Llodra (à gauche) médaillés d’argent aux JO de Londres, en 2012. © lexpress.fr

xxxxxxxxxxxxxxx

A Moselle, il conserve son titre, puis atteint la finale à Pékin et à Stockholm. L’année suivante, il atteint sa première demi-finale à Roland-Garros et remporte un nouveau titre (Marseille). Il s’impose une deuxième fois en Masters 1000, cette fois à Toronto. Vient ensuite l’épisode de la finale de Coupe Davis face à la Suisse, qui se joue à Lille. Un moment difficile pour les Français qui s’inclinent au profit de Federer et de ses coéquipiers. De nombreuses tensions apparaissent à la fois au sein de l’équipe et avec les joueurs suisses. A Roland-Garros l’année d’après, c’est à nouveau un Suisse qui stoppe Tsonga puisqu’il s’incline en demi-finale face à Stan Wawrinka après un match accroché. Le Manceau remporte une nouvelle fois l’Open de Moselle, puis atteint la finale du Masters 1000 de Shanghai, où il s’incline face à Djokovic. La saison 2016 de Tsonga est ponctuée par une série de blessures, qui l’oblige notamment à déclarer forfait en plein milieu du tournoi de Roland-Garros. Quelques mois plus tard, il parvient en finale de l’Open de Vienne, mais il s’agit du seul bon résultat de l’année pour Jo.

xxxxxxxxxxxxxxxx

Un jeu varié

xxxxxxxxxxxxxxxxxx
Tsonga est un joueur très solide qui trouve des avantages dans les matches à rallonge et joue sur le physique. Joueur de fond de court, il est doté d’un coup droit très puissant qu’il joue à plat, ce qui lui permet de rester dans l’échange. Son revers à deux mains, s’il n’est pas extraordinaire, reste tout à fait correct pour le haut niveau. Bon joueur de volée, il n’hésite pas, ou rarement, à venir conclure ses points au filet. Mais son meilleur atout reste son service surpuissant et très difficile à lire. Grâce à ce service, Tsonga est un joueur très difficile à breaker, ce qui lui donne un avantage face aux relanceurs moyens. Le Français manque cependant de constance dans les moments importants, peinant parfois à garder sa concentration lorsque les points difficiles se jouent. Il reste malgré tout l’un des meilleurs joueurs français de l’ère ATP et a d’ailleurs battu de nombreux records d’anciens joueurs français.

xxxxxxxxxxxx

Le service de Jo, sa meilleure arme sur le court. © wikimedia.org

Le service de Jo, sa meilleure arme sur le court. © wikimedia.org

xxxxxxxxxxxxx

Début de saison compliqué

xxxxxxxxxxx
Sur cette première partie de saison, on reste sur un goût assez particulier pour Jo-Wilfried Tsonga. Après deux premiers mois tout à fait corrects, avec un quart de finale à Melbourne et deux victoires à Rotterdam et à Marseille, le mois de mars est ponctué de polémiques. Après Indian Wells, Tsonga déclare forfait pour Miami afin d’assister à la naissance de son premier enfant, et se déclare indisponible pour le quart de finale de Coupe Davis, ce qui ne plait pas à tout le monde. De retour sur les courts à Monte-Carlo, Jo paye son manque de tournois : il est sorti dès le 2e tour par Adrian Mannarino. Puis à Madrid, Tsonga passe le premier tour face à Kuznetsov, mais déclare forfait avant le match suivant. Il annonce que son dos le fait souffrir et qu’il préfère jouer la sécurité avant Roland-Garros. Il rentre donc en France pour faire des examens mais finalement, il se déclare également forfait pour le Masters 1000 de Rome. Il souffre d’une lésion dans le muscle dorsal. Aucune assurance n’est donc faite quant à sa participation à Roland-Garros, mais on espère qu’il sera rétabli d’ici là et qu’il pourra rentrer rapidement dans le tournoi pour aller le plus loin possible. Un Grand Chelem un jour ? Les occasions sont de moins en moins nombreuses. Mais Jo est Français, et patriotes que nous sommes, on y croira jusqu’au bout !

xxxxxxxxxxxxx

Alizée Villeroy

Alizée Villeroy

Étudiante en sciences qui s’est trompée de chemin, amoureuse du sport et du revers de Stan Wawrinka, qui l’a d’ailleurs rendu accro au tennis. Ne peut s’empêcher de commenter un match à voix haute même s’il se déroule à l’autre bout du monde.

Les derniers articles par Alizée Villeroy (tout voir)