[TOPS & FLOPS] MONTE-CARLO

La saison sur terre battue a enfin commencé ! Comme prévu, Federer prend une pause tandis que Nadal revient en force sur sa surface favorite. Débrief de la semaine.

TOPS

 

Décima pour Nadal !

 

Un dixième trophée à Monte-Carlo pour Rafael Nadal. © lequipe.fr

Après le fabuleux début de saison de Roger Federer, qui a remporté, rappelons-le, l’Open d’Australie, Indian Wells et Miami, c’était au tour de Rafael Nadal, son plus grand rival, de montrer qu’il était bel et bien là. Entre 2005 et 2016, l’Espagnol a remporté 9 fois le tournoi de Monte-Carlo et visait cette année le 10e titre : c’est chose faite ! En battant sèchement son compatriote Albert Ramos-Vinolas en finale (6-1 6-3), Nadal a encore prouvé, si c’était nécessaire, qu’il était véritablement le roi de la terre battue. Cette semaine, l’Espagnol est de retour à la 5e place mondiale et ne compte évidemment pas s’arrêter là.

xxxxxxxxxxxxxxxxx

La ‘Next Gen’ est bien là

Depuis le début de la saison, on les sent monter en force petit à petit et à Monte-Carlo, la future génération a montré qu’elle n’avait pas l’intention de laisser les ténors leur voler la vedette encore longtemps. Côté français, on est évidemment très fiers de la semaine de Lucas Pouille qui s’est hissé pour la deuxième fois de sa carrière jusqu’en demi-finale d’un Masters 1000. Malheureusement pour lui, le Français a été stoppé par Albert Ramos-Vinolas, qui a brillé comme rarement dans cette édition 2017, même si à 29 ans, on ne le considère plus vraiment comme la prochaine génération. Non content de s’offrir une victoire sur le numéro 1 mondial, Andy Murray, Ramos-Vinolas s’est également défait de Marin Cilic avant de chuter en finale face à Nadal. David Goffin a également marqué les esprits. Après deux premiers tours bien négociés, le Belge de 26 ans a dû batailler pour se défaire de Dominic Thiem, avant de faire chuter le numéro 2 mondial, Novak Djokovic. Mais pour sa troisième demi-finale en Masters 1000, Goffin n’a pas été en mesure de s’opposer à Rafael Nadal. Quant à Alexander Zverev, il s’est tiré facilement de ses deux premiers matches, avant de se heurter, lui aussi, à l’implacable Nadal. Le bilan de la Next Gen reste toutefois très satisfaisant et on a hâte de les voir à l’œuvre à Madrid, à Rome, et pourquoi pas, à Roland-Garros !

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Djokovic à la maison

Résident monégasque depuis maintenant une dizaine d’année, le numéro 2 mondial a profité de l’occasion pour se rendre au Monte-Carlo Country Club à vélo tout au long du tournoi, tel un enfant se rendant au tennis club. Sac de tennis sur le dos, Djokovic se présentait tous les jours au contrôle de sécurité du Country Club en poussant son vélo, suscitant les rires de la foule qui patientait elle aussi pour pénétrer dans l’enceinte. Le Serbe se prêtait au jeu de la fouille au corps avant de reprendre son vélo pour aller jusqu’aux vestiaires, sous l’œil amusé des spectateurs.

 

FLOPS

 

L’erreur de Cédric Mourier

 

David Goffin et Cédric Mourier ont une discussion animée pendant la demi-finale. © eurosport.com

C’est le gros débat de la fin de semaine. Lors de la demi-finale ayant opposée Rafael Nadal à David Goffin, l’arbitre de chaise, Cédric Mourier, a annoncé bonne une balle de Nadal, alors qu’elle sortait. Comme Goffin protestait, Mourier est descendu de sa chaise. S’est ensuivie une discussion enflammée pendant laquelle l’arbitre a refusé de revenir sur sa décision, provoquant l’indignation de Goffin et d’une partie du public. Cet épisode a fait complètement sortir Goffin de son match, ce qui a largement profité à Nadal, qui l’a emporté en deux sets. L’affaire a beaucoup fait parlé, certains fans se plaignant du manque de fair-play de Nadal, qui savait bien que sa balle était faute, tandis que les pro-Nadal affirment qu’aucun joueur ne serait passé de l’autre côté du filet pour donner le point à l’adversaire. Quoiqu’il en soit, Cédric Mourier a intérêt à faire attention lors de ses prochains matches.

xxxxxxxxxxxxx

Benoit Paire récidive

On commence à bien le connaître, ce Benoit. Loin d’être quelqu’un de méchant, le natif d’Avignon, âgé de 27 ans, a simplement un peu de mal à garder son calme sur le court. Au premier tour de Monte-Carlo, largement mené au score, Benoit a montré sa frustration face au non-match qu’il était en train de réaliser, et cette fois, c’est Tommy Haas, son adversaire, qui en a fait les frais. Lors d’un changement de côté, Paire s’est mis à parler tout seul, pestant contre Haas et contre lui-même : « Le mec il est complètement nul, il joue à 2 à l’heure. Il est nul ! […] Et moi je perds 6/2 3/0 contre un nul. Ça veut dire que là franchement, je suis extrêmement mauvais ! » Pas de quoi se formaliser, cependant, quand on connait le caractère de Benoit Paire. Après une finale à Nice et une demi-finale à Marrakech, on espère qu’il saura repartir du bon pied lors de son prochain tournoi.

xxxxxxxxxxxxxxxxx

Déception pour Murray et Wawrinka

Les numéros 1 et 3 mondiaux ont tous deux eu du mal pour le début de leur saison sur terre battue. Andy Murray, qui n’avait pas joué depuis plusieurs semaines à cause d’une blessure au coude, a montré quelques faiblesses au niveau de son service. Il s’est cependant facilement sorti de son premier match face au Luxembourgeois Gilles Muller, avant de s’incliner face à Albert Ramos-Vinolas à la surprise générale. Quant à Stan Wawrinka, il a effectué une bonne entrée en lice face à Jiri Vesely, mais s’est incliné en huitièmes face à Pablo Cuevas en 2 sets. La différence de niveau de jeu du Suisse entre les deux matches était assez surprenante, mais Wawrinka a avoué en conférence de presse que face à Cuevas, il n’arrivait pas à bouger correctement et qu’il avait les jambes lourdes. Il reste donc quelques ajustements à faire pour les deux joueurs afin d’entrer pleinement dans leur saison sur terre battue. Wawrinka compte profiter des deux semaines qui séparent Monte-Carlo de Madrid pour continuer à s’entraîner sur terre, tandis que Murray sera à l’affiche du tournoi de Barcelone.

xxxxxxxxxxx

Alizée Villeroy

Alizée Villeroy

Étudiante en sciences qui s’est trompée de chemin, amoureuse du sport et du revers de Stan Wawrinka, qui l’a d’ailleurs rendu accro au tennis. Ne peut s’empêcher de commenter un match à voix haute même s’il se déroule à l’autre bout du monde.

Les derniers articles par Alizée Villeroy (tout voir)