[ATP WORLD TOUR FINALS] Une fin de saison magistrale

Le dernier tournoi de l’année s’est achevé dimanche avec la victoire d’Andy Murray face à Novak Djokovic en simple, et celle de Kontineen et Peers face à la paire Klaasen/Ram en double. Tandis que le premier finit ainsi l’année numéro un mondial, les seconds s’offrent la quatrième place mondiale en équipe.

 

Andy remporte l'ATP World Tour Finals 2016 !

Andy remporte l’ATP World Tour Finals 2016 ! © ATPWorldTour.com

ANDY MURRAY AU SOMMET

 

Ça y est, c’est fait ! Andy Murray, après avoir survolé sa dernière partie de saison, termine l’année en beauté en remportant le Masters chez lui, à Londres, et en conservant sa place de numéro un mondial. Quant à Novak Djokovic, autre finaliste de cette édition 2016, il devra attendre la saison prochaine pour espérer récupérer la place qu’il a si longtemps occupé. Car maintenant, le roi, c’est Andy, et il ne l’a pas volé. Alors qu’il n’avait plus battu un top 10 depuis le mois d’août (victoire face à Raonic à Cincinnati), l’Ecossais s’est offert dans la même semaine le n°2, le n°3, le n°4 et le n°5 mondial, devenant du même coup le premier Britannique à finir l’année numéro un. La finale n’était pourtant pas gagnée d’avance, loin de là. Djokovic a en effet pris le contrôle du match pendant les vingt premières minutes. Tandis que Murray était en difficulté dès sa première mise en jeu, avec notamment deux double-fautes et une seule première balle (un ace tout de même), le Serbe a lui passé quatre premières balles quasi-parfaites, mettant d’entrée un jeu blanc à son adversaire. Mais très vite, Murray s’est ressaisi et a été le premier à faire le break, remportant ensuite la première manche, puis la seconde après 1h44 de jeu. Et les statistiques sont là : si Djokovic a mieux servi que son adversaire (72% de premières balles contre 54% pour l’Ecossais), il a aussi moins bien retourné (41% de premières balles retournées pour Murray contre 16% pour Djokovic). Le Serbe s’est aussi montré beaucoup moins réaliste que son adversaire, cumulant un nombre inhabituel chez lui de fautes directes, notamment en revers (30 fautes directes, soit deux fois plus que Murray, pour seulement 13 coups gagnants).

Réactif dans les moments décisifs, Andy Murray n’a pas tremblé et s’est emparé de ces occasions offertes par l’ex-numéro un mondial pour conclure le match en deux sets. Une victoire à l’image de son tournoi, dans lequel le mental de l’Ecossais aura fait son œuvre : en demi-finale, il avait en effet dû sauver une balle de match face au Canadien Milos Raonic, désormais numéro 3 mondial, avant de s’imposer. Djokovic, qui a un peu perdu de son énergie depuis sa victoire à Roland-Garros début juin, a cependant réalisé un bon tournoi. Il a battu tour à tour Dominic Thiem, David Goffin et Milos Raonic, avant de s’imposer en demi-finale face à un tout petit Kei Nishikori. On espère retrouver le Serbe en meilleure forme pour la saison 2017 car cela promettrait de belles batailles pour la place de numéro un.

 

KONTINEEN/PEERS SACRES EN DOUBLE

 

Du côté du tournoi de double, ce sont Henri Kontineen et John Peers qui ont remporté le trophée. Ils ont d’abord vaincu les Lopez, Klaasen/Ram et Herbert-Mahut lors des phases de groupe, puis les frères Bryan en demi-finale et enfin une nouvelle fois la paire Klaasen/Ram. Le Finlandais et l’Australien forment une équipe assez récente mais dont la stratégie porte ses fruits puisqu’ils ont réalisé une fin de saison exemplaire, d’abord en remportant le Masters 1000 de Bercy, puis avec ce nouveau trophée.

 

LA DECEPTION DES FRANÇAIS

 

Aussi bien en simple qu’en double, les Français n’ont pas brillé comme on l’aurait voulu. Ni Gaël Monfils, ni la paire Herbert/Mahut n’ont remporté le moindre match dans ce tournoi. Monfils a été battu par Thiem et Raonic, avant de déclarer forfait face à Novak Djokovic à cause d’une blessure aux côtes qui le suit depuis quelques temps. C’est donc David Goffin, remplaçant numéro un, qui a joué le match face au Serbe, participant pour la première fois au Masters. Quant à Nicolas Mahut et Pierre-Hugues Herbert, ils n’ont tout simplement pas réussi à mettre leur jeu d’équipe en place. Une grosse déception pour les deux Français qui, après une finale perdue au Masters 1000 de Paris-Bercy, auraient finir l’année sur une note positive. Cependant, même si la paire Murray/Soares leur est passé devant à la Race, Nicolas Mahut finira l’année numéro un de double, ce qui reste un immense accomplissement. Pierre-Hugues Herbert, lui, se trouve à la deuxième place.

Alizée Villeroy

Étudiante en sciences qui s’est trompée de chemin, amoureuse du sport et du revers de Stan Wawrinka, qui l’a d’ailleurs rendu accro au tennis. Ne peut s’empêcher de commenter un match à voix haute même s’il se déroule à l’autre bout du monde.