[RIO 2016] La renaissance du phénix argentin

Lors du tirage au sort du tableau du simple messieurs du tournoi olympique de Rio, il est fort probable que la plupart des fans de la petite balle jaune avait coché cette date du samedi 13 août 2016. En effet, la demi-finale attendue devait opposer le numéro 1 mondial Novak Djokovic au nonuple vainqueur de Roland Garros, l’espagnol Rafael Nadal. Le vainqueur des deux premières levées du grand chelem en 2016 avait un premier tour piège face au revenant, l’argentin Juan Martin Del Potro. Ce traquenard fut bien réel pour Djokovic qui subit la loi du vainqueur de l’US Open 2009 en 2 tie-breaks. Le désormais 141ème joueur mondial confirma son exploit et sortit vainqueur tour à tour de ses matchs contre le portugais Joao Sousa, face au japonais Taro Daniel puis en quart de finale face à l’espagnol Roberto Bautista Agut.

 

Del Potro s'écroule à terre de joie . © ATP World Tour

Del Potro s’écroule à terre de joie . © ATP World Tour

 

Finalement c’est bien Rafael Nadal qui se dresse face à lui en demi-finale. Avant ce match, le bilan est plutôt à l’avantage du majorquin qui mène 8-4 dans leurs face-à-face.
C’est pourtant l’argentin qui rentre le mieux dans son match en prenant d’entrée le service de l’espagnol. Conformément à ses standards du tournoi olympique, le champion olympique 2008 fait un début de match diesel mais revient en s’appuyant sur un mental d’acier accompagné d’un revers faisant des ravages au contraire d’un coup droit assez fluctuant. L’espagnol débreake puis le match s’équilibre, les joueurs se rendent coups pour coups. Nadal réussit à gagner son jeu de service à 5-5 afin d’obliger la Tour de Tandil à servir pour rester dans le set. Peut être pris par la tension, son bras se tend, commentant des erreurs inhabituelles, le revenant argentin cède la 1ère manche 7 jeux à 5.

Le deuxième set atteint des sommets en terme d’intensité physique. Contrairement à ce que certains auraient pu penser, celui qui il y a 421 jours se faisait opérer pour la seconde fois du poignet, ne se laisse pas abattre et fait le break pour mener 2-1 service à suivre. Ne perdant que 4 points sur son service durant ce set, Del Potro n’offre aucune possibilité à l’espagnol de revenir, aidé par son schéma préféré: service extérieur suivi d’un énorme coup droit. C’est assez logiquement que celui qui depuis son retour, cette année, est invaincu contre les membres du Top 5 (Djokovic aux JO et Wawrinka à Wimbledon) égalise à un set partout.

 

Le dernier set est à lui seul un chef d’œuvre d’émotion et de suspens, qu’Hitchcock n’aurait pas renié. Passant 73% de premiers service, Del Potro met une pression immense sur l’espagnol. Jusqu’à 4-4, les deux joueurs arrivent de façon plus ou moins convaincante à conserver leurs engagements. Le Sud-Américain parait plus entamé physiquement, toutefois, le taureau de Manacor ne parvient pas à faire la différence face aux coups de boutoir adverses. Cela se concrétise par le break du natif de Tandil à sa quatrième balle de break du set pour mener 5-4. Cependant, la pression de servir pour accéder à une finale olympique se fait ressentir chez l’argentin qui tremble en commettant des fautes inhabituelles en coup droit. Le majorquin semble revenir en atteste le débreak qu’il réalise sur un passing de coup droit venu d’ailleurs. 5-5 tout est à refaire pour l’argentin. Le vainqueur de Djokovic au premier tour va de nouveau mettre la pression sur Nadal en menant 0-40 sur le service du Manacori. Ne voulant pas laisser échapper ce match, Nadal serre le jeu pour mettre comme au 1er set la pression sur Del Potro. Ce dernier, prévenu ne va pas se faire piéger et fait le jeu pour aller disputer un tie-break.

 

Survolté, c’est l’outsider de ce match, au classement ATP, qui prend rapidement les devants pour mener 3-0 puis 6-4. Le numéro 5 mondial va faire le forcing pour revenir 6-5 et servir pour revenir à 6-6. Mais, décidément il était écrit que ce tournoi serait celui du renouveau pour le phénix Del Potro qui s’impose 7-5 dans ce jeu décisif après 3 heures 10 de match.

L’étreinte entre les 2 joueurs est manifeste, il y a beaucoup de respect entre ces deux champions. Mais Rafael Nadal ne parvient pas à masquer sa déception de ne pas atteindre la finale. Il voit ainsi ses rêves de remporter sa deuxième médaille d’or en simple s’envoler en même temps que ceux de remporter sa deuxième breloque du plus beau des métaux après son parcours extraordinaire en double avec son ami Marc Lopez.
L’émotion de Juan Martin Del Potro est extraordinaire, on le voit s’allonger sur le court et embrasser les anneaux olympiques. Signe de son retour au plus haut niveau ? Nul doute que si l’argentin maintient ce niveau affiché durant cette semaine carioca, il a sa place dans le top 5-6 du tennis actuel.

 

L’autre demi-finale…

 

Avant ce match se déroulait une autre demi-finale, opposant Andy Murray à Kei Nishikori. Un match qui n’aura laissé place qu’à peu de suspense.

 

Murray, toujours aussi solide

Murray, toujours aussi solide


Dès le début de match, le dauphin de Novak Djokovic au classement ATP se montre beaucoup plus incisif et prend à la gorge Nishikori. Livrant son meilleur match au service de la compétition, de ses propres dires, avec notamment 76% de premier service et 82% de points gagnés derrière sa première balle, l’écossais a pris le meilleur sur son adversaire. Avec seulement cinq points laissés en route sur son service lors de la première manche, Murray a pris un avantage certain dans le set initial, gagné 6-1.

Le second set voit le japonais revenir dans le match; bien que marqué physiquement, notamment par son combat éprouvant de la veille face à Monfils. Dans ce set, le japonais commet plus de fautes directes 13 contre 10 au premier set mais il revient dans le jeu comme en témoigne un plus grand nombre de coups gagnants; 9 contre 4.

 

Cette volonté ne suffit cependant pas face à un Murray qui ne commet pas les erreurs de la veille et s’impose en 2 sets 6-1 6-4. Il se qualifie pour sa deuxième finale olympique consécutive après celle de 2012 gagnée contre Roger Federer à Londres.

Place maintenant à la finale de ces JO face à Andy Murray. Murray conservera-t-il son titre acquis en 2012 ? Après le bronze à Londres, l’or ou l’argent pour Del Potro ?

 

La réponse à ses deux interrogations sera levée ce dimanche 14 août vers 17 heures.

Yann Mazet

Yann Mazet

Apprenti juriste accro au sport. Tennis Addict pouvant se lever à toute heure de la nuit pour suivre n'importe quel match.
Yann Mazet

Les derniers articles par Yann Mazet (tout voir)