[RÉSUMÉ] Retour sur Cincinnati 2016

 

Petit rappel

 
Le masters 1000 de Cincinnati est, avant son commencement, amputé du vainqueur de l’année précédente (Roger Federer) et du finaliste (Novak Djokovic).
 
Très rapidement, il voit 3 des principaux favoris, perdre très rapidement, dès les huitièmes de finale; Rafael Nadal, Stanislas Wawrinka et Kei Nishikori. Il est, avec le calendrier, assez aisé de faire une corrélation pour l’espagnol et le japonais, avec les Jeux Olympiques.
 
Andy Murray, numéro deux mondial, est le seul favori a assumer son rôle dans le tournoi de l’Ohio. Il retrouve en demi finale Milos Raonic, dans un match qui est la revanche de la finale de la dernière édition de Wimbledon gagnée par le natif de Dunblane (6-4/7-6/7-6). Il s’impose sans sourciller, en deux sets (6-3/6-3), en réalisant le break dès l’entame du match.
 
L’autre demi-finale met aux prises Grigor Dimitrov à Marin Čilić. C’est le vainqueur de l’US Open 2014 qui s’impose face au bulgare en 3 sets (4-6/6-3/7-5). Dimitrov peut nourrir des regrets après avoir notamment mené 4-1 dans l’ultime set.
 

La surprise Čilić

 

Marin Čilić et... son vase © ATPworldTour.com

Marin Čilić et… son vase © ATPworldTour.com


La finale met donc aux prises Andy Murray et Marin Čilić. Si la présence du premier nommé était plus que prévisible au commencement de ce tournoi, celle du croate était quasiment inenvisageable. En effet, le 14ème joueur mondial avait, notamment, dans sa partie de tableau; Rafael Nadal, Stanislas Wawrinka, et Jo-Wilfried Tsonga.
 
Andy Murray mène 11 à 2 dans leurs confrontations. Ce dernier s’est imposé lors de leur ultime match; en demi-finale du Queen’s cette année (6-3/4-6/6-3).
Le numéro 2 mondial a ainsi remporté les deux derniers avec une victoire en quart de finale du tournoi de Pékin en 2014 (6-1/6-4)
Les deux victoires de Čilić ont eu lieu à l’US Open 2009 (en huitième de finale) et à Rotterdam 2014 (en quart de finale) .
 
L’écossais est sur trois tournois remportés d’affilée: le Queen’s, Wimbledon, et les Jeux Olympiques.
 
En l’absence de Novak Djokovic dans le Masters 1000 de Cincinnati, son dauphin, Andy Murray assume plus que jamais, son statut dans sa lignée de sa médaille d’or glanée en simple aux JO. En effet, depuis début mai et le Masters 1000 de Rome, le britannique n’a connu la défaite qu’à une seule reprise; en finale de Roland Garros contre l’ogre serbe. C’est dire la forme actuelle de l’écossais, qui surfe sur une vague impressionnante. Malgré la fatigue et l’enchainement avec les Jeux de Rio, il est bien au rendez-vous des demi-finales du tournoi de l’Ohio. Celui qui a remporté en juillet son troisième titre du Grand Chelem fait office d’épouvantail; c’est le seul joueur encore en lice à avoir connu le succès en Masters 1000 et grand chelem confondus.
 
Le début de match est à l’avantage de l’écossais car Čilić se montre tendu, sans toutefois se faire breaker.
Mais contrairement à ce que l’on pouvait penser, Murray s’écroule et concède un double break pour mener 5-2. Avec un double break d’avance il a un petit matelas d’avance qui va lui servir, nonobstant la perte d’un break, pour s’imposer 6-4.
 
Sans mauvais jeux de mots, le service de Čilić, lui aura rendu beaucoup de services…
Murray perd ainsi son premier set de la semaine.
 
Le second set est marqué par la solidité des serveurs jusqu’à cinq jeux partout. C’est le moment choisi par celui qui sera tête de série numéro 8 à l’US Open pour mettre la pression sur le champion olympique et ainsi faire le break. C’est sur un jeu blanc que le croate conclu ce match pour s’offrir son 15ème titre de sa carrière.
 
Le vainqueur de l’US Open 2014, a attendu son 71ème Masters 1000 pour gagner son premier tournoi dans cette catégorie, lui qui n’avait jamais atteint les demi-finales en Masters 1000.
 
Il réalise une grande performance car les seuls à avoir battu Murray en finale de Masters 1000 étaient Djokovic et Nadal.
 
Čilić est donc le premier joueur né après Djokovic à remporter un Masters 1000. Depuis, son titre à l’US Open, Marin Čilić, avait gagné seulement deux titres; deux fois le tournoi de Moscou. Il fait parler de lui à une semaine du début de l’US Open. Nul doute qu’il faudra compter sur lui lors de la quinzaine new yorkaise.
 

Yann Mazet

Yann Mazet

Apprenti juriste accro au sport. Tennis Addict pouvant se lever à toute heure de la nuit pour suivre n'importe quel match.
Yann Mazet

Les derniers articles par Yann Mazet (tout voir)