Metz n’est plus une terre française…

Après plusieurs années de ciel bleu, des nuages se sont accumulés sur le tennis tricolore à Metz. Lors de l’édition 2014, aucun Français n’est parvenu à se hisser en finale. Il fallait remonter à 2007 pour trouver trace d’un tel événement. Si les Bleus n’ont pas brillé, David Goffin a, quant à lui, réalisé une semaine parfaite pour succéder à Gilles Simon au palmarès du tournoi messin. 

 

Gaël Monfils était le dernier Français en lice à Metz. © Moselle Open

 

L’état de grâce de la Coupe Davis n’aura pas duré longtemps pour les joueurs tricolores…

 

ATP 250 – Metz

 

Pour la première fois depuis 2007, il n’y avait aucun Français en finale à Metz. Une triste performance après un week-end de rêve à Roland-Garros en Coupe Davis… Ce n’est pas Jo-Wilfried Tsonga qui dira le contraire. Triple finaliste à Metz, le Français s’est arrêté dès les quarts de finale cette année. Après des débuts timides face à Gilles Müller pour son entrée en lice, le Manceau s’est fait surprendre par David Goffin, le futur vainqueur, malgré une entame de match convaincante. De son côté, Paul-Henri Mathieu n’a pas connu un meilleur destin. Auteur d’une belle prestation contre Lukas Rosol pour se qualifier pour les quarts de finale, le Tricolore était tout proche de s’offrir une place pour le dernier carré. Face à João Sousa, PHM a rendu les armes dans le jeu décisif du troisième set. Pourtant, le Français s’était procuré quatre balles de match. Sans succès. Son adversaire portugais s’en est donc sorti miraculeusement pour atteindre les demi-finales. A ce stade de la compétition, un autre Tricolore l’attendait en la personne de Gaël Monfils. Mais ce dernier, contraint de puiser dans ses réserves physiques, n’a pu tenir le choc. Alors qu’il n’avait concédé aucun set depuis le début du tournoi, le Français n’a pas réussi à rallier une troisième finale en Moselle. Envahi par la fatigue, il a lutté pendant un set avant de lâcher prise dans la seconde manche. En deux sets, Metz perdait son dernier Tricolore. Un événement majeur quand on sait que les cinq dernières éditions sont revenues aux Bleus.

En l’absence de la fidélité française, Metz a plutôt bien réussi à un Belge. Impeccable tout au long de la semaine, David Goffin s’est logiquement imposé en Moselle. Tête de série No. 8, il a connu une entrée en matière très tranquille contre Florent Serra, qualifié tricolore, avant d’enchaîner par un succès facile sur Tobias Kamke. En quarts de finale, la tâche s’annonçait plus compliquée face à Jo-Wilfried Tsonga, tête de série No. 1 et grand artisan de la victoire française contre la République tchèque en Coupe Davis quelques jours plus tôt. Elle le fut. Après avoir bu la tasse dans la première manche, David Goffin a progressivement pris l’ascendant dans la rencontre pour surprendre le Manceau. Victorieux du No. 1 tricolore à la surprise générale, le Belge accédait donc au dernier carré du tournoi messin. Pour s’offrir une place en finale, il devait alors croiser la route de Jan-Lennard Struff, tombeur de Philipp Kohlschreiber sur abandon. Sans trembler, il a battu l’Allemand en deux sets malgré une première manche accrochée finalement arrachée au tie-break. Pour gravir la dernière marche vers le titre, João Sousa, tombeur de Gaël Monfils, se dressait sur son chemin. Avec autorité, David Goffin a éteint les espoirs du Portugais en seulement deux sets bien maîtrisés. Après le premier titre de sa carrière obtenu à Kitzbühel en août, le Belge double donc la mise à Metz. Grâce à cette victoire, David Goffin atteint le meilleur classement de sa carrière en se positionnant à la 32ème place mondiale. En Moselle, il a conclu un été exceptionnel comme en témoignent ses 34 victoires pour seulement 2 défaites depuis Wimbledon. Qu’en sera-t-til cet automne ?

 

Joie intense pour David Goffin après sa victoire. © Moselle Open

 

Après cette parenthèse tricolore, le circuit s’apprête à rentrer dans la dernière ligne droite d’une saison riche en rebondissements. Cela commencera par la tournée asiatique dès la semaine prochaine.

Maxence Fabrion

Maxence Fabrion

Rédacteur chez La Petite Balle Jaune
Journaliste en formation. Drogué au sport. Inconditionnel de la petite balle jaune. A eu la chance de grandir avec les coups légendaires et les exploits homériques de Roger Federer. Objectif mais pas trop. Envie de voyager aux quatre coins du globe.
Maxence Fabrion